L'accord d'entreprise dans le droit du travail

Cabinet d'avocats spécialisé en droit du travail à Kerpen, Cologne et Witten

Droit du travail | Un partenaire solide pour les employés et les employeurs

La convention d'entreprise

Cabinet d'avocats BAUMFALK à Kerpen-Horrem et Witten

Avocat pour - droit du travail | droit pénal | droit de l'informatique | protection des données

Convention d'entreprise, La convention d'entreprise en droit du travail, Convention d'entreprise en droit du travail, Convention d'entreprise avocat, Convention d'entreprise en droit du travail, Convention d'entreprise avocat, Avocat droit du travail Kerpen, Avocat droit du travail Cologne, Avocat droit du travail Witten

La base légale pour un accord d'entreprise résulte de § 77 BetrVG. Une convention d'entreprise est un accord entre l'employeur et le Comité d'entreprise. L'accord d'entreprise règle les droits et les obligations des travailleurs, de l'employeur ou de la direction. Comité d'entreprise de l'entreprise. Dans le secteur public, il n'y a pas d'accords d'entreprise, mais des accords de service, conclus entre le conseil du personnel et le service. S'il y a plusieurs Comités d'entreprise au sein d'une entreprise, un comité central d'entreprise doit être constitué de ces différents comités. Comités d'entreprise peut être créée. 

Il se compose d'un ou deux membres de chaque comité d'entreprise individuel. Le comité central d'entreprise n'est toutefois pas supérieur aux comités d'entreprise individuels. Dans le cas d'une société mère ou d'une filiale, un comité de groupe peut être créé pour prendre des décisions et conclure des accords d'entreprise ou de groupe pour l'ensemble du groupe.

L'accord d'entreprise doit être écrit et signé par les deux parties. Normalement, les conventions d'entreprise règlent par exemple le code vestimentaire, l'interdiction de fumer, les modèles de temps de travail ou encore les congés et la protection du travail. Cependant, tout ne peut pas être réglé dans le cadre d'une convention d'entreprise. D'autres réglementations ou des réglementations supplémentaires, qui ont normalement déjà été conclues par une convention collective, ne sont pas légales. Il n'en va autrement que si la convention collective autorise explicitement la réglementation par accord d'entreprise. Cette clause est également appelée clause d'ouverture au sein de la convention collective. Le pouvoir de réglementation de l'accord d'entreprise est donc limité dans sa portée, mais il a un effet direct et contraignant.

L'accord conclu doit être rendu public par l'employeur. Pour cela, il suffit que l'accord d'entreprise soit affiché ou placé à un endroit approprié dans l'entreprise. L'effet d'un accord d'entreprise n'est pas limité dans le temps. Il peut toutefois être résilié dans un délai normal de trois mois ou remplacé par un nouvel accord. Un accord d'entreprise peut également être résilié automatiquement par une limitation dans le temps, un accord d'annulation entre les parties, la fin de la période de validité de l'accord d'entreprise ou la résiliation de l'accord d'entreprise. Comité d'entreprise (si l'accord d'entreprise y était lié), l'insolvabilité de l'entreprise, ou encore par un Transfert d'entreprise. Une dénonciation partielle de l'accord d'entreprise n'est pas possible. Un accord d'entreprise ne peut donc être valable que dans son intégralité ou pas du tout. 

Il n'y a d'exceptions à cette règle générale que si l'employeur et le comité d'entreprise se sont mis d'accord sur une éventuelle dénonciation partielle au sein de l'accord d'entreprise. Toutefois, la dénonciation partielle de l'accord n'est possible que si la partie qui reste en vigueur a un sens en soi et constitue une réglementation fermée. Si un accord d'entreprise a été résilié, il ne produit pas d'effets en vertu de la loi. § 77 VI BetrVG après. Cela signifie que l'accord d'entreprise dénoncé reste en vigueur jusqu'à ce qu'un nouvel accord soit conclu entre les deux parties. Comité d'entreprise et l'employeur. Cela ne s'applique toutefois qu'aux accords d'entreprise pour lesquels une décision de l'instance de conciliation pourrait remplacer la réglementation entre l'employeur et le comité d'entreprise.

Un accord d'entreprise est utile lorsque l'employeur souhaite adopter une réglementation qui nécessite généralement l'accord positif du comité d'entreprise. En revanche, s'il s'agit de questions soumises à la codécision du comité d'entreprise, celui-ci peut même initier lui-même des mesures grâce à son droit d'initiative.

Le champ d'application d'un accord d'entreprise s'applique ici à presque tous les salariés de l'entreprise. Les accords conclus s'appliquent également aux travailleurs qui ne sont entrés dans l'entreprise qu'après la conclusion d'un accord d'entreprise. L'accord d'entreprise a donc un effet sur tous les futurs salariés. Toutefois, un accord d'entreprise ne s'applique pas aux personnes qui relèvent de la catégorie des travailleurs à temps partiel. § 5, alinéas 2, 3 et 4 de la loi sur la représentation des travailleurs (BetrVG) ne sont pas concernés. Ceux-ci ne sont pas couverts par les dispositions d'un accord d'entreprise. Il s'agit par exemple des représentants légaux ou d'un membre d'un organe ou d'un cadre supérieur selon le contrat de travail de l'entreprise.

Fondamentalement, il convient de distinguer deux types d'accords d'entreprise. Le premier des deux est l'accord d'entreprise imposable. Pour celui-ci, le comité d'entreprise dispose, comme nous l'avons déjà mentionné, d'un droit de codécision propre. Si l'employeur refuse d'édicter un accord d'entreprise, le comité d'entreprise peut, en vertu de la loi, demander à être consulté. § 87 BetrVG faire appel à l'instance de conciliation. La décision finale de l'instance de conciliation remplace l'accord entre l'employeur et le comité d'entreprise. 

De cette manière, l'employeur peut donc être contraint de l'adopter. Le deuxième type d'accord d'entreprise est l'accord d'entreprise volontaire. Ces accords règlent tous les points sur lesquels le conseil d'entreprise n'a pas de droit de codécision. Le site § 88 BetrVG n'est pas exhaustif et seules des propositions de thèmes sont soumises. En fin de compte, un accord d'entreprise ne peut être conclu que si l'employeur et le comité d'entreprise sont d'accord sur son contenu.

Il n'est pas rare qu'une certaine confusion règne lorsqu'il s'agit de savoir quel droit et quel principe s'applique à chaque travailleur. La question se pose souvent de savoir quelle source de droit peut être utilisée. Est-ce que mon propre contrat de travail, la convention collective ou l'accord d'entreprise s'applique à moi ? La règle générale est que le contrat de travail et la convention collective priment normalement. Il faut toutefois tenir compte du principe de faveur. Celui-ci signifie tout simplement que la réglementation qui est la plus avantageuse pour le travailleur doit être utilisée. 

Si une convention d'entreprise existe, elle ne doit pas non plus être mentionnée explicitement dans le contrat de travail, mais elle s'applique tout de même. De même, l'employé ne doit pas nécessairement connaître l'existence de la convention d'entreprise pour qu'elle puisse s'appliquer à sa relation de travail. La seule existence de celle-ci suffit alors amplement.

L'exécution de l'accord d'entreprise conclu et en vigueur incombe alors à l'employeur et à lui seul. Le comité d'entreprise n'a pas le droit de s'immiscer dans la gestion de l'entreprise. En revanche, si l'employeur ne respecte pas ou n'applique pas un accord d'entreprise, il peut engager une procédure de résolution devant le tribunal du travail, qui contraindra alors l'employeur à le mettre en œuvre.

Vous avez été licencié ou avez reçu un contrat de rupture conventionnelle de la part de votre employeur ?

Alors contactez-nous

+49 (0) 2273 - 40 68 504

info@kanzlei-baumfalk.de

Cabinet d'avocats spécialisé dans le droit du travail à Kerpen, Cologne et Witten

Avocat pour - droit du travail | droit pénal | droit de l'informatique | protection des données