Retraite professionnelle dans le droit du travail

Droit du travail pour les employeurs et les employés

Retraite professionnelle dans le droit du travail

Cabinet d'avocats BAUMFALK à Kerpen-Horrem et Witten

Avocat pour - droit du travail | droit pénal | droit de l'informatique | protection des données

Le système général d'assurance vieillesse allemand se compose de trois piliers de taille presque égale. Le premier pilier est l'assurance pension légale, le deuxième est la prévoyance vieillesse privée et le troisième est le régime de retraite professionnelle. Le système de retraite professionnelle est divisé en deux parties : la retraite professionnelle dans le secteur privé et la retraite complémentaire dans le secteur public. L'objectif du régime de pension d'entreprise est de fournir au salarié, dans le cadre de la relation de travail, des prestations obligatoires en matière de retraite, d'invalidité ou de survie, conformément à la législation en vigueur. § 1 I 1 de la BetrAVG de l'association. 

L'obligation de l'employeur de fournir une prestation peut reposer sur différents fondements. Ainsi, l'employeur peut être tenu de fournir une prestation en vertu d'un contrat de travail, d'une convention collective existante, d'une disposition contractuelle unique, d'un accord d'entreprise, de l'usage dans l'entreprise ou d'un engagement global. Un engagement global est une déclaration de l'employeur à l'égard de l'ensemble ou d'une partie du personnel. Un engagement de pension complémentaire, également appelé familièrement "pension d'entreprise", vient s'ajouter aux droits à pension légaux du salarié et ne les remplace pas.

Il n'existe en principe pas d'obligation générale de l'employeur de fournir une prestation. Cette prestation de l'employeur doit plutôt être considérée comme une prestation volontaire. Le caractère volontaire n'est rompu que par le droit éventuel du salarié à une pension de retraite professionnelle financée par une conversion de la rémunération. La raison en est que le salarié crée lui-même cette prestation par sa rémunération. La pension d'entreprise ne peut pas être annulée, même si le contrat de travail prend fin avant l'échéance de la pension. Toutefois, la promesse de retraite de l'employeur doit normalement exister depuis au moins cinq ans et le salarié doit avoir atteint l'âge de 30 ans.

Si l'employeur verse une pension d'entreprise et qu'il y a une augmentation uniforme de la pension légale, le travailleur ne peut pas réduire la pension d'entreprise fixée pour cette raison. De même, les pensions qui ont été générées par le seul salarié et qui reposent donc sur sa prestation ne peuvent pas être imputées négativement. La loi sur les pensions d'entreprise s'applique à ces différentes formes de pensions d'entreprise :

L'engagement direct :

Dans le cas de l'engagement direct, l'employeur organise lui-même la pension de retraite. Ainsi, l'employeur constitue lui-même les provisions nécessaires et organise également en son nom propre le paiement des pensions. Ce type de régime de retraite nécessite une organisation très lourde. C'est pourquoi l'engagement direct ne devrait être utilisé que dans les très grandes entreprises. Le montant de cette pension d'entreprise peut être convenu librement, si les deux parties le souhaitent. Il est également possible de décider si le paiement se fera en une seule fois sous forme de capital ou de rente. Une grande différence par rapport aux autres formes est que le contrat de pension est conclu directement entre le salarié et l'employeur, sans l'intervention d'un tiers. 

Un autre inconvénient majeur est que, dans le cas d'un engagement direct, l'employeur n'est pas seulement responsable sur ses actifs d'exploitation, mais également sur l'ensemble de son patrimoine. C'est pourquoi le risque que l'employeur doit assumer est très élevé. Ceux qui ne connaissaient pas directement le terme d'engagement direct le connaîtront peut-être mieux sous le terme de rémunération différée. En principe, il s'agit de la même chose, sauf que l'employeur renonce en plus à une partie de sa rémunération. Si le contrat de travail prend fin, l'employé n'a toutefois pas le droit de continuer à cotiser pour son propre compte et de financer lui-même son régime. Jusqu'à ce qu'il quitte l'entreprise, ce droit est maintenu.

L'assurance directe :

L'assurance directe est une assurance vie ou une assurance pension d'entreprise concernant la vie de l'employé. Il y souscrit en pensant à sa famille et à ses survivants. En règle générale, les survivants bénéficient donc d'un droit de souscription total ou au moins partiel. La prestation en cas de retraite est fournie par la compagnie d'assurance avec laquelle l'employeur a conclu son contrat en faveur du travailleur. Il existe même un droit juridique propre à cette dernière. Les cotisations perçues pour l'assurance peuvent être soit entièrement à la charge de l'employeur, soit réparties entre l'employeur et le salarié. 

Il existe également la possibilité flexible pour le travailleur de payer lui-même les cotisations dans le cadre d'une conversion de la rémunération en entreprise. Contrairement à une assurance directe souscrite à titre privé, celle-ci ne peut pas être résiliée avant son terme. Si le contrat de travail entre les deux parties prend fin, la somme ne peut donc pas être versée. Néanmoins, l'employé a toujours la possibilité de poursuivre l'assurance auprès d'un autre employeur, tant que celui-ci est prêt à le faire. Si ce n'est pas le cas, l'assurance en cours n'est pas suspendue, mais le travailleur peut essayer de trouver les cotisations correspondantes à titre privé et continuer ainsi à cotiser à l'assurance. Dans le cas contraire, l'assurance est suspendue.

La caisse de pension :

Dans le cas d'une caisse de pension, l'employeur organise et gère son propre type de société d'assurance vie. L'employeur verse de manière autonome ses cotisations à cette société. Celle-ci a pour mission exclusive de garantir la pension de retraite. Si l'employeur a un droit de paiement vis-à-vis de son salarié, il le paie à partir de la caisse. De même, l'employé a droit au paiement direct de la pension. 

Les cotisations nécessaires peuvent être versées aussi bien par les salariés que par l'employeur. Ces caisses gèrent ensuite les actifs en leur nom propre et, sur le plan juridique, elles sont assimilées à des compagnies d'assurance normales. Le preneur d'assurance d'une caisse de pension n'est pas l'employé lui-même, mais l'employeur. Il conclut avec la caisse de pension une assurance en faveur de l'employé. Un certain "contrôle" de ces caisses de pension incombe à l'Office fédéral de surveillance des services financiers (BaFin).

Le fonds de pension :

Les prestations possibles d'un fonds de pension consistent à verser des pensions de retraite en général, comme le nom de pension l'indique. Les pensions d'invalidité éventuelles, comme c'est le cas pour d'autres types de prévoyance vieillesse, ne peuvent pas être versées par un fonds de pension. Dans ce cas également, l'ancien salarié a un droit direct. Un fonds de pension est une institution de pension similaire à une assurance, mais juridiquement indépendante. Le droit à la prestation doit être autorisé par l'Office fédéral de surveillance des services financiers et reste soumis à son contrôle et à sa surveillance. Elle vérifie régulièrement la politique d'investissement de l'institution. 

Le financement de la prestation s'effectue dans le cadre du système de capitalisation. Ainsi, un fonds de pension est libre d'investir jusqu'à 90 % de ses actifs dans des actions et d'investir dans des obligations publiques et privées. Les fonds d'investissement et l'immobilier ou les obligations sont possibles sans limite. Il en résulte que, contrairement aux caisses de pension ou à d'autres entreprises d'assurance vie, un fonds de pension est soumis à moins de restrictions en matière d'investissement et de politique de placement. Même si cela semble à première vue très risqué, cela peut être un avantage (du moins pour les fonds), car cela semble permettre un rendement plus élevé.

La caisse de soutien :

La caisse de soutien est une institution de pension propre, organisée par un ou plusieurs employeurs. Cette institution de prévoyance a elle-même la capacité juridique. L'ancien employeur n'a pas de droit propre. Néanmoins, la caisse de secours est similaire aux caisses de pension. Même s'il n'existe pas de droit proprement dit du retraité d'entreprise, la Cour fédérale du travail admet de plus en plus souvent qu'une promesse de pension faite par l'employeur crée un droit du retraité vis-à-vis des caisses de soutien. L'employeur reste toutefois libre de révoquer ce droit pour des raisons objectives. Les caisses de soutien elles-mêmes se protègent souvent par une assurance de réassurance.

Une fois que l'employeur s'est engagé à fournir une prestation, il a également une certaine obligation de garantie, c'est-à-dire qu'il doit assumer une certaine responsabilité vis-à-vis du travailleur.

Si un employeur est insolvable et ne peut plus remplir son obligation de prestation, il existe différentes possibilités de continuer à payer les anciens travailleurs. La première possibilité est d'ouvrir une procédure d'insolvabilité à l'encontre de l'employeur. Il peut également y avoir la possibilité d'un concordat extrajudiciaire, dans lequel il conclut avec ses créanciers un accord pour éviter la procédure d'insolvabilité, à condition que l'institution de la procédure d'insolvabilité y consente. Il peut également y avoir un rejet de la demande d'ouverture de la procédure d'insolvabilité pour insuffisance d'actifs. 

Enfin, il est possible de mettre fin à l'exploitation de l'entreprise. Cela est possible dans le cadre du champ d'application de la présente loi, dans la mesure où une demande d'ouverture de procédure d'insolvabilité n'a pas été déposée et qu'une procédure d'insolvabilité ne peut manifestement pas être prise en considération faute de masse. En ce sens, le refus de la procédure d'insolvabilité pour cause d'insuffisance d'actifs signifie simplement que le tribunal de l'insolvabilité refuse la procédure d'insolvabilité en raison de la non-performance probable de la personne insolvable. En d'autres termes, les actifs de la personne insolvable ne suffisent pas à payer les frais de la procédure.

Néanmoins, les employeurs profitent toujours d'un régime de pension d'entreprise pour leurs employés. Les entreprises peuvent ainsi toujours faire valoir un point de sécurité auprès de nouveaux employés potentiels. De même, les employés déjà en place sont plus enclins à rester chez leur employeur actuel. Ainsi, un régime de pension d'entreprise constitue, en plus du salaire et des avantages sociaux, une prestation financière supplémentaire attrayante. Parmi les souhaits des salariés en matière de prévoyance, les points les plus importants sont la sécurité, mais aussi la flexibilité. Ainsi, le travailleur ordinaire souhaite de plus en plus souvent adapter son paiement à ses besoins. De même, les employeurs peuvent faire valoir fiscalement les dépenses qu'ils engagent dans le cadre des contrats de pension. Ainsi, la rémunération différée permet également aux employeurs d'être exonérés des charges sociales.

La question de savoir s'il existe une pension de retraite professionnelle pour les indépendants n'a pas été abordée jusqu'à présent. La raison en est qu'il n'existe tout simplement pas d'assurance directe de ce type pour les indépendants sous la forme que l'on connaît. Pour ce type d'emploi, il ne reste que la voie de la pension privée. La pension "Rürup" est généralement recommandée. Il s'agit d'un type de pension de retraite où le preneur d'assurance verse une certaine cotisation mensuelle qui est exonérée d'impôt pendant la phase d'épargne et qui le reste pour la première fois. Les cotisations sont donc soumises à une imposition différée. C'est pourquoi elle est largement comparable à la couverture de base de la prévoyance vieillesse d'entreprise pour les salariés, car elle est également exonérée d'impôt. Plus un travailleur indépendant réalise de bénéfices, plus il devrait cotiser à la retraite "Rürup", car dans ce cas, l'économie d'impôt globale sera plus importante. Toutefois, même dans le cas d'une pension privée, il convient de toujours demander conseil à un expert qui trouvera un modèle de pension adapté à chaque situation.

Le passage d'un emploi fixe à une activité libérale ou indépendante ne pose pas non plus de problème. Ainsi, une assurance d'entreprise peut normalement continuer à être payée à titre privé. Les droits découlant des contrats ne sont pas perdus. S'il n'est pas possible de maintenir une assurance souscrite à l'époque où l'on était salarié, il est également possible de suspendre la cotisation. Cela ne pose souvent pas de problème, pour autant qu'un certain montant minimum du contrat de pension ait été atteint. En cas de doute, la somme accumulée jusqu'alors est versée à la date de paiement convenue. Si le contrat a été suspendu, il convient de noter que le paiement peut être et sera nettement moins élevé à la charge du preneur d'assurance. Une lacune de prévoyance qui en résulte peut être compensée par un régime de retraite privé.

Retraite d'entreprise, retraite d'entreprise en droit du travail, retraite en droit du travail, pension d'entreprise, retraite d'entreprise en droit du travail

Retraite professionnelle dans le droit du travail

Avocat pour - droit du travail | droit pénal | droit de l'informatique | protection des données

Contactez-nous